Oswald Regular
OpenSans Regular
Les métadonnées au service de la gestion financière
Un organisme gouvernemental utilise la solution Ab Initio pour assurer le suivi de ses dépenses et optimiser sa gestion financière.

Certains problèmes sont d'une ampleur telle qu'il est difficile d'en comprendre la nature. Telle était la situation d'un organisme gouvernemental, dont la gestion financière était particulièrement complexe. Les décisions budgétaires ont de nombreuses implications. En effet, les différents degrés de priorité correspondent aux fonds alloués. Le problème semble simple : le budget des activités prioritaires est plus élevé que celui des autres activités. Mais les dépenses propres à chaque activité doivent également être considérées. Sans ces informations essentielles, la prise de décision devient hasardeuse. Tel était le mode de fonctionnement de cet organisme.

Pour remédier au problème, il était prévu d'implémenter une chambre de compensation intégrée, dédiée à toutes les transactions gouvernementales. Si toutes les transactions financières étaient centralisées dans une chambre de compensation unique, il serait possible de suivre les dépenses. Ces dépenses pourraient alors être optimisées.

Cet organisme s'efforça de réaliser ce projet pendant de nombreuses années. Mais du fait de l'ampleur du problème, les changements devaient être implémentés progressivement. En effet, de nombreuses chambres de compensation de transactions avaient déjà été mises en place. Elles renvoyaient les transactions d'un organisme à l'autre pour effectuer les achats et en vérifier la livraison.

DISPARITÉ DES SYSTÈMES

Ces chambres de compensation avaient été conçues avec des données « en l'état ». Dans une entité commerciale classique, les interfaces entre les systèmes sont généralement régies à tous les niveaux par une autorité centrale. Ainsi le choix des interfaces est imposé. En revanche, dans cet organisme, chaque service disposait d'une autonomie telle que les systèmes utilisés étaient disparates, sans normes de sécurité cohérentes. Il était impossible d'accéder aux systèmes pour en extraire des données et de dicter le format des données en fonction des besoins.

Cette collecte des données « en l'état » se traduisit par un ensemble incompatible d'interfaces et de données, dont la consolidation incombait à chaque chambre de compensation. L'une des plus importantes chambres de compensation de l'organisme évoluait ainsi depuis des années. Malheureusement, le produit d'EAI (Enterprise Application Integration, Intégration d'applications d'entreprise) qu'elle utilisait atteignit ses limites.

IMPORTANCE DES MÉTADONNÉES

Le problème essentiel de la technologie EAI est qu'elle ignore les « métadonnées ». Les règles d'interface sont spécifiées par les analystes par écrit et les programmeurs transforment les spécifications en programmes intégrés à la structure EAI. À ce stade, le lien entre la structure EAI et les règles d'origine est inexistant. Les règles sont codées en langage de programmation de troisième génération et sont uniquement compréhensibles pour le codeur d'origine, à condition qu'il s'en souvienne. Aucune réutilisation n'est envisageable et il est quasiment impossible d'imposer des normes. Ce système fonctionna correctement au début. Mais à mesure qu'il prenait de l'ampleur, il s'effondra sous son propre poids.

L'intégrateur de systèmes responsable de cette chambre de compensation réalisa l'ampleur des problèmes à venir. Il rechercha une nouvelle technologie apte à gérer le volume et la complexité des transactions, qui puisse coexister avec l'ancien système bientôt remplacé, et qui capturerait et accepterait des métadonnées comme mécanisme de spécifications. Après des recherches approfondies, cet intégrateur de systèmes comprit que le Co>Operating System Ab Initio était la solution à adopter.

DE LA STRATÉGIE AUX RÉSULTATS ESCOMPTÉS

Avec le passage au Co>Operating System Ab Initio, l'intégrateur de systèmes a dû redécouvrir un grand nombre des règles existantes dont les auteurs avaient quitté l'organisme. De plus, en raison de l'absence de normes pour la spécification des transactions, le système d'origine n'était pas conçu de manière optimale. Dans la plupart des cas, les transactions étaient simplement transmises sans tirer parti de leur contenu. Ce fonctionnement inacceptable a été supprimé du nouveau système. Chaque interface a été repensée en se basant sur de nouvelles normes. Ab Initio a également contribué à cette amélioration en offrant des fonctions de conversion automatisée des anciennes règles.

Malgré de premiers investissements lourds et infructueux, cet organisme a enfin obtenu les résultats escomptés. Les transactions peuvent être analysées afin d'associer le coût total de possession aux éléments de capital correspondants. Il est maintenant possible d'identifier les dépenses liées à certaines activités (notamment R&D, maintenance, opérations). Le système est à même de répondre à des questions de base telle que : « Quel est le coût de construction d'un XXX ? ».

Pour un organisme d'une telle envergure, il est impératif de répondre à de telles questions pour bien gérer ses finances.

English
Langue :
Français
Español
Deutsch
简体中文
日本語