Oswald Regular
OpenSans Regular
Un réseau de cartes de paiement à bout de souffle
Une entreprise de cartes de paiement repense son infrastructure de données pour faire face au volume croissant des transactions.

Les problèmes pour lesquels les entreprises font appel à Ab Initio sont généralement importants. Celui de ce réseau de cartes de paiement était de cet ordre : les capacités de son infrastructure de données étaient devenues insuffisantes. Le volume des transactions était en constante progression et le système était au bord de la rupture. Son épine dorsale avait été remaniée pendant des années pour faire face à la croissance de l'entreprise et elle était composée d'un grand nombre de connexions point à point et d'interfaces complexes. Par conséquent, aucun élément de cette structure ne pouvait être modifié sans affecter les autres. L'entreprise avait besoin d'un système plus souple.

PREMIÈRES TENTATIVES

Cette entreprise avait tout tenté pour remédier à la situation. L'architecture de ses principaux systèmes sur mainframe avait été repensée et certains furent migrés. Elle avait intégré un produit EAI (Enterprise Application Integration, Intégration d'applications d'entreprise) classique et avait commencé à écrire en C++ un volume considérable de code. Pourtant les problèmes subsistaient. Les améliorations portaient sur certains systèmes et non sur l'ensemble de l'infrastructure. De plus, le produit EAI et le code C++ étaient longs à déployer et impossibles à mettre à l'échelle. Par ailleurs, dans un tel contexte, la mise à l'échelle augmentait les risques de perte de transactions, ce qui n'était pas envisageable, compte tenu de la nature de l'entreprise.

Ab Initio est alors intervenu. Il semblait impossible au client qu'Ab Initio puisse mener à bien toutes les améliorations requises, notamment (1) mettre en œuvre par représentation graphique toute sa logique complexe sur des données complexes, (2) mettre à l'échelle des systèmes en fonction de besoins potentiels, (3) fonctionner à la fois sur les plates-formes mainframe et Unix et (4) développer des systèmes robustes qui ne perdraient jamais aucune donnée. Ces promesses ne semblaient pas réalisables, selon le directeur du développement, pour lequel l'accomplissement d'un tel projet relevait du miracle. Du point de vue d'Ab Initio, il s'agissait simplement de bonnes pratiques d'ingénierie.

Cependant, le client, encouragé par Ab Initio, demanda une validation technique de bout en bout. En l'espace de quelques mois seulement, ce client et Ab Initio constituèrent une petite équipe qui élabora l'infrastructure de données de base et la mise au banc d'essai de plusieurs dizaines de milliers de transactions par seconde sur un mainframe de taille moyenne. Ce système surpassa de loin les conditions requises par le client en termes de performance, et il fut à même de traiter toutes les données complexes circulant dans le système. Le client décida alors de s'engager dans le projet.

ÉLABORATION DE LA NOUVELLE INFRASTRUCTURE DE DONNÉES

Au cours des 6 mois suivants, la petite équipe remania tous les systèmes du client. L'objectif consistait à intégrer à la nouvelle infrastructure de données toutes les autorisations de transactions pour cartes de crédit et de débit. Plusieurs dizaines de systèmes dorsaux furent impliqués et se déclinèrent dans toutes les combinaisons possibles : certains sur mainframe et d'autres sous Unix, certains en temps réel et d'autres en traitement par lots. Des systèmes géraient des volumes très élevés et d'autres étaient à distribution variable. Enfin certains acceptaient des données au format hérité et d'autres exigeaient le langage XML. La rapidité de cette opération s'expliqua par la capacité d'Ab Initio à traiter des données et une logique métier complexes, ce qui permit des connexions aux systèmes hérités sans modifier ces applications.

Étant donné le rôle central de cette infrastructure, elle fut déployée avec prudence. Elle fit l'objet de tests exhaustifs pour garantir sa robustesse face aux défaillances inévitables de l'environnement. Les points de reprise et la remise des messages garantie d'Ab Initio furent largement mis à l'épreuve pendant cette phase de test. Le système était d'une telle robustesse que l'équipe ne déplora aucun incident lors de son déploiement. Cette fiabilité fut particulièrement appréciée.

Depuis, ce client a revu l'implémentation d'un grand nombre de ses systèmes dorsaux, à l'aide de la solution Ab Initio. Ces systèmes incluent la facturation commerciale, la détection des fraudes, les cartes de fidélité, la conservation des données à grande échelle pour le service client et tous les aspects ayant trait à l'informatique décisionnelle et au reporting.

En termes d'infrastructure de données, les taux de transaction ont doublé depuis le déploiement initial sur mainframe. Au lieu de doubler la capacité de sa plate-forme mainframe, ce qui aurait été trop coûteux, le client tira parti de la fonctionnalité d'Ab Initio qui permet d'exécuter des applications distribuées sur plusieurs serveurs avec différents systèmes d'exploitation. Il transféra la majorité des tâches de traitement intensif résidant sur les mainframes vers des serveurs Unix plus économiques. Pour cela, il lui suffit de redéfinir les paramètres de configuration sans modifier les applications.

RÉSULTATS CONCLUANTS

Cette entreprise a réussi à déployer le Co>Operating System dans des applications diverses, allant des systèmes de production à l'informatique décisionnelle. Pour prendre en charge l'ensemble des utilisateurs et des applications, elle a tiré le meilleur parti des atouts offerts par Ab Initio, à savoir sa technologie, son personnel qualifié et sa culture axée sur la clientèle.

English
Langue :
Français
Español
Deutsch
简体中文
日本語